Pourquoi il faut arrêter de boire de l’eau en bouteille

L’eau est essentielle à la vie et à la santé. Mais quelle eau choisir pour se désaltérer ? L’eau en bouteille, souvent perçue comme plus pure et plus saine que l’eau du robinet, est-elle vraiment un bon choix ? Quels sont les impacts de sa consommation sur l’environnement et sur notre organisme ? Voici quelques bonnes raisons de ne plus boire d’eau en bouteille.

L’eau en bouteille, une source de pollution massive

L’un des principaux inconvénients de l’eau en bouteille est son impact environnemental. En effet, la production, le transport et le recyclage des bouteilles en plastique nécessitent une grande quantité de ressources naturelles et génèrent une importante pollution.

Selon une étude menée par des chercheurs espagnols, l’impact environnemental de l’eau en bouteille est jusqu’à 3 500 fois supérieur à celui de l’eau du robinet. Les auteurs ont comparé les effets de la consommation d’un litre d’eau en bouteille et d’un litre d’eau du robinet sur différents indicateurs, tels que le réchauffement climatique, l’acidification des océans, l’épuisement des ressources ou la toxicité humaine.

Ils ont constaté que l’eau en bouteille émet en moyenne 111 grammes de gaz à effet de serre par litre, contre 0,032 gramme pour l’eau du robinet. L’eau en bouteille consomme également en moyenne 5,6 litres d’eau par litre, contre 0,11 litre pour l’eau du robinet. L’eau en bouteille a aussi un impact 1 400 fois plus élevé sur les écosystèmes.

Ces chiffres s’expliquent par le fait que la fabrication des bouteilles en plastique requiert du pétrole, de l’énergie et de l’eau. Le transport des bouteilles implique également des émissions de CO2 et des nuisances sonores. Enfin, le recyclage des bouteilles n’est pas toujours efficace et une partie du plastique se retrouve dans les décharges ou dans les océans, où il se dégrade lentement en microplastiques.

L’eau en bouteille, une source de contamination potentielle

L’autre inconvénient de l’eau en bouteille est qu’elle n’est pas forcément plus sûre que l’eau du robinet sur le plan sanitaire. En effet, l’eau en bouteille peut être contaminée par des agents pathogènes ou des produits chimiques, qui peuvent avoir des effets néfastes sur la santé humaine.

L’eau en bouteille est soumise à une réglementation stricte, qui fixe des limites pour la présence de certains micro-organismes, de certains minéraux ou de certaines substances chimiques. Toutefois, ces limites ne garantissent pas une absence totale de risque. Par exemple, certaines eaux minérales peuvent contenir des taux élevés de nitrates, de fluor ou de sodium, qui peuvent être déconseillés pour certaines personnes.

Par ailleurs, l’eau en bouteille peut être altérée par le contact avec le plastique. En effet, le plastique peut libérer dans l’eau des microparticules ou des substances comme le bisphénol A ou les phtalates, qui sont suspectés d’avoir des effets perturbateurs endocriniens. Ces substances peuvent migrer dans l’eau sous l’effet de la chaleur, de la lumière ou du temps.

Une étude menée par une association a révélé que 78 % des eaux en bouteilles analysées contenaient des microparticules de plastique. Ces particules peuvent être ingérées par les consommateurs et s’accumuler dans leur organisme. Les effets à long terme de cette exposition sont encore mal connus, mais certains experts s’inquiètent d’un risque potentiel de cancer ou d’inflammation chronique.

L’eau du robinet, une alternative plus écologique et plus économique

Face aux impacts négatifs de l’eau en bouteille, l’eau du robinet apparaît comme une alternative plus écologique et plus économique. En effet, l’eau du robinet est distribuée par un réseau de canalisations, qui réduit les besoins en transport et en emballage. L’eau du robinet est également moins chère que l’eau en bouteille : selon une étude de l’UFC-Que Choisir, le prix moyen du litre d’eau du robinet est de 0,0038 euro, contre 0,31 euro pour le litre d’eau en bouteille.

L’eau du robinet est aussi contrôlée régulièrement pour garantir sa qualité et sa conformité aux normes sanitaires. Selon le ministère de la Santé, 97,5 % des analyses réalisées en 2019 sur l’eau du robinet ont montré une conformité aux exigences de qualité. L’eau du robinet peut toutefois présenter des goûts ou des odeurs désagréables, dus à la présence de chlore ou de calcaire. Dans ce cas, il est possible d’utiliser des filtres ou des carafes pour améliorer le goût de l’eau.

L’eau du robinet peut également être enrichie en minéraux ou en gaz carbonique, pour se rapprocher des caractéristiques des eaux en bouteilles. Il existe des appareils qui permettent de minéraliser ou de gazéifier l’eau du robinet à domicile, ce qui peut être une solution pour les personnes qui apprécient les eaux pétillantes ou les eaux riches en calcium ou en magnésium.

Derniers articles

ça va vous intéresser

%d blogueurs aiment cette page :